Pédagogie curative en action

Pédagogie curative
 ↑  
Formations
Liens
 ↑  
Etudiant Formation

Accès Réservés aux étudiants inscrits et validés

 ↑  
Partage

L'image de l'homme qui fonde la Pédagogie Curative et la Sociothérapie

La Pédagogie Curative et la Sociothérapie se basent sur des valeurs humaines et une image de l'être humain décrite au début du 20° siècle par Rudolf Steiner. Les équipes éducatives et thérapeutiques s’appuient sur ces concepts pour construire leurs actions au quotidien.
 

La quadruple organisation de l’être humain

L’aspect physique d’un être humain (son corps physique) est une donnée immédiate, vérifiable par les sens. On peut voir le corps, le toucher. Il occupe une place dans l'espace et a un poids.

L’aspect physiologique se manifeste dans les processus vitaux que sont la respiration, la circulation sanguine, la digestion, la cicatrisation, la reproduction, l'élimination etc.

L’aspect psychique couvre les mouvements de sympathie ou d’antipathie éprouvé à l’égard du monde. C’est le domaine du ressenti, des émotions, et aussi de la perception et de la mémoire.

Enfin, l’aspect individuel  (le « Je ») permet la conscience de soi-même. Il est universel et signe la biographie. C’est le domaine de la pensée vivante, de la créativité et de l’esprit, celui des choix de vie, de l’individualité.

Notons que ce noyau individuel, « Je » ou « Moi » n'est jamais malade. En revanche la relation avec les autres constituants de l'organisation humaine peut être plus ou moins harmonieuse, permettant une conscience de soi et du monde plus ou moins éveillée. Mais on ne peut dire que le Je est lui-même porteur de pathologie. On peut citer pour illustrer la situation de la personne handicapée l'image du pianiste virtuose qui jouerait sur un instrument désaccordé. Ce sont les corps physique, physiologique ou psychique et la relation entre eux qui limitent l’expression de l’individualité.
 

La nature humaine tripartite

L’être humain jouit de trois facultés fondamentales que l’on appelle aussi forces de l’âme : la pensée, le sentiment et la volonté. Pour saisir toute la réalité d’une chose, il faut non seulement l'observer et la comprendre (pensée), mais encore la ressentir intérieurement (sentiment) et l’expérimenter dans son propre agir (volonté). Ainsi ces trois forces sont mises à contribution pour développer ce qui pourra être appelé une connaissance.


 

Tri articulation physique, psychique et l’état de conscience: Correspondances
 Corporel  Psychique  État de conscience
 Système neurosensoriel  Support de la pensée  Conscience éveillée
 Système rythmique   Support du sentiment  Conscience de rêve ou subconscience
 Métabolisme et membres  Support de la volonté  Conscience de sommeil ou inconscience

        
Ainsi, chacune des trois parties de l'organisation humaine est caractérisée selon son aspect corporel, psychique, et d'état de conscience.
 

Les douze sens

La pédagogie curative et sociothérapie reconnaissent douze sens.
Les organes sensoriels qui signent habituellement la présence des sens ne sont pas forcément présents physiquement pour chacun d'entre eux. Ces douze sens sont divisés en trois grandes catégories selon le domaine auquel ils s'adressent, et ainsi décrits, mais bien sûr fonctionnent de façon coordonnée, en tant qu'ensemble indissociable de l'unité humaine.

Les sens corporels

Ces sens sont orientés vers la corporéité propre de l'être humain.
  • Le sens du toucher : La peau est l’organe du sens du toucher, elle permet à la fois la perception de ce qui est intérieur et extérieur; elle établit la limite de sa propre personne. Le sens du toucher est fortement présent dans les premier temps de la vie, pour la perception de soi, par le contact avec la mère, l'allaitement, les soins du corps...
  • Le sens de la vie : Ce sens permet de percevoir l'état intérieur de bien être ou de malaise. Il donne accès aux sensations de faim, de soif, de fatigue et permet de dire « je ne me sens pas bien », ou « je suis en pleine forme ».
  • Le sens du mouvement : Lié au système proprioceptif, ce sens nous permet de savoir où sont nos membres et d’adapter la vitesse et la force du mouvement à la situation. Il révèle un aspect de l'expression de soi dans le geste.
  • Le sens de l’équilibre : Le support organique du sens de l’équilibre se situe dans l’oreille interne. Il permet le sens de l’orientation, de la verticalité par rapport à l’avant, l’arrière, la droite, la gauche, le haut, le bas. Il nous situe dans la gravité terrestre.

Les sens psychiques

Ces sens permettent la relation avec le monde

  • Le sens de l’odorat : Ce sens est en forte corrélation avec la mémoire. Des particules très légères pénètrent le corps par le nez jusqu’aux nerfs olfactifs.
  • Le sens du goût : C’est une expérience physique quotidienne. La rencontre avec les aliments avant de les faire siens en les avalant permet de développer ce sens jusqu’au niveau artistique. « Avoir du goût »
  • Le sens de la vue : Ce sens permet de percevoir les couleurs et la lumière, et se lie au sens du mouvement pour percevoir les formes, l’œil se met en mouvement pour saisir une forme., qu'il dessine.
  • Le sens de la chaleur : Il permet la perception de la température, intérieure comme extérieure sur le plan physique. Cet aspect se manifeste aussi au plan psychique, (ambiance chaleureuse, glaciale, joie, humour, froideur..)

Les sens cognitifs

Ces sens sont orientés vers l'intérieur, ils révèlent ce qui est caché.

  • Le sens de l'ouïe: Ce sens est intimement lié à l'oreille. Le son, donc les vibrations extérieures, non matérielles, pénètre en l'homme. C'est un mouvement subtil qui agit et révèle sa nature en l'homme.
  • Le sens de la parole: Il se différencie du sens de l'ouïe comme l'on différencie la musique de la parole. Il permet à l'homme de savoir qu'il entend une langue expressive, même s'il ne la comprend pas.
  • Le sens de la pensée d’autrui: C'est la compréhension du langage dans sa nature logique, argumentaire, mais aussi poétique, voire universelle.
  • Le sens du Moi d’autrui: Ce sens permet à l'homme de percevoir qu'il est en relation avec une autre individualité, une autre personne. L'homme peut percevoir une autre individualité lorsqu'il a reconnu sa propre individualité.

L’organisation spatio-temporelle

C’est par l’observation fine de la personne que l'éducateur peut percevoir la capacité d’une personne à appréhender le monde de l’espace et du temps. Celui-ci constitue un repère de cohérence incontournable dans la vie quotidienne.
L'expérience acquise au cours des années donne au pédagogue les outils d’observation des troubles spatio-temporels.
Le thérapeute et le médecin développent leur champ d'observation spécifique dans ce domaine.

C’est principalement sur ces concepts que les équipes pluridisciplinaires s’appuient pour étayer leurs travaux de synthèse et de recherche. Ce regard sur la personne en difficulté invite d'une part à comprendre la nature de l'humain en général, et de l'autre, oriente la recherche de voies d'accompagnement adaptées à chaque personne en difficulté dans le problème spécifique qu'elle pose.

Cette attitude ouverte devant la personne en difficulté fait appel à l'activité intérieure de l'éducateur au quotidien. Ainsi la pédagogie curative et la sociothérapie ne peuvent se résumer à quelques « recette » aussi attractives puissent-elles paraître.



   Une personne porte son handicap, comment pouvons nous alléger ce sac qui souvent les terrasse dans la solitude ?   C B
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

 ↑  
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
 ↑  
Webmaster - Infos